Je ne connaissais pas beaucoup Le Pharmachien jusqu’à tout récemment. J’avais vu ses « BDs » humoristiques circuler à l’occasion, mais sans y porter grande attention, puisqu’elles m’apparaissent plus enfantines qu’informatives. Et pour être bien honnête, je n’aurais jamais pensé que cet homme puisse être un vrai pharmacien…

C’est lorsque ce dernier a récemment affirmé être victime de « menaces et d’intimidation » en lien avec une pétition de vitamine C en perfusion* que je me suis penchée davantage sur le dossier. Qui est-il ? Que tente-il de faire ? Pourquoi jouit-il d’autant d’attention ? Encourage-t-il réellement « l’esprit critique », ou favorise-t-il plutôt la polémique afin d’augmenter sa visibilité et ses cotes d’écoute ?

Ce sont ces questions que j’avais en tête alors que j’ai parcouru, pendant plus d’une vingtaine d’heures, son site web, deux de ses livres (obtenus à la bibliothèque du quartier) ainsi que diverses informations trouvées sur le web à son sujet. Ma mission : découvrir les vraies motivations du Pharmachien et faire la lumière sur ses tactiques. Tout cela de manière objective, rigoureuse et sans parti pris.

Initialement, je n’ai fait cet exercice que dans une quête personnelle. Puis, j’ai choisi de mettre mes réflexions par écrit en ligne afin que d’autres lecteurs et lectrices avisé(e)s puissent partager et poursuivre ma réflexion. Et quoi de mieux que de me baser sur son propre site web et ses « BDs » pour illustrer mon propos ! Car moi aussi je suis capable de faire des blagues et des dessins… 😉

Bonne lecture !

* Note : Je ne cautionne pas du tout l’intimidation et les menaces, au contraire. Mais je pars du principe qu’en analysant les propos du Pharmachien, on comprendra peut-être ce qui a motivé certaines personnes à agir ainsi.

 

10 VÉRITÉS SUR LE PHARMACHIEN

 

1. Il s’oppose à toutes les connaissances et traditions ancestrales

 

 

« Comme quoi baser sa santé sur une citation qui date de 2500 ans, c’est pas l’idée du siècle… »

– Le Pharmachien, tome 3

 

Le Pharmachien semble être sous l’impression qu’il peut facilement remette en doute le savoir ancestral des peuples anciens.

Par exemple, il n’hésite pas à critiquer « le manque de données probantes » pour les herbes médicinales et les huiles essentielles. Mais ce qu’il oublie de mentionner, c’est que ces dernières sont utilisées depuis des siècles ou même des millénaires ! D’autres exemples notables sont :

  • Médecine traditionnelle chinoise : depuis 4000 ans
  • Médecine ayurvédique : depuis 5000 ans
  • Herbes médidinales : 60,000 ans
  • Médecine conventionnelle moderne : depuis 150 ans

Comment Le Pharmachien peut-il remettre en doute ces pratiques, dont la pérénnité est en soi une forme de preuve légitime ?  Tout cela sous prétexte que les peuples anciens ont vécu à une époque où les connaissances scientifiques étaient peu avancées ? Si ce n’est pas la définition même de l’arrogance, je me demande ce que c’est.

 

 

2. Il se contredit plus souvent qu’autrement

 

Dans un tome 2 longuet, qui révèle davantage une obsession mal placée pour la culture populaire que pour l’esprit critique (p.ex. il semble fasciné par les robots et les dinosaures… ah bon), Le Pharmachien semble trahir les rangs de sa propre profession, en affirmant que de nombreux traitements pharmacologiques vendus en pharmacie sont inefficaces, notamment le sirop contre la toux, les gouttes antiallergiques et antibiotiques, même certaines lotions hydratantes.

Pendant ce temps, il ne semble avoir aucun malaise à critiquer les médecines naturelles, affirmant même dans un commentaire sur son site web :

 

« Tous les traitements, que ce soient des produits naturels, des médicaments ou des chirurgies, doivent être évalués selon le même standard, c’est-à-dire selon les données scientifiques probantes »

– Le Pharmachien, site web

 

Comparer une chirurgie avec un produit naturel est assez étrange en soi !

Mais surtout, notre ami semble avoir de la difficulté à choisir ses combats. Veut-il « anéantir la pseudoscience » comme il le prétend, ou perdre du temps en investiguant les dogmes de sa propre pratique que nous savons déjà être dépassés ? Cette contradiction révèle qu’il n’est pas très conséquent dans sa logique et qu’il ne semble pas en mesure de différencier les nombreuses approches intégratives et complémentaires qui ont fait leurs preuves

 

 

3. Il ne reconnaît pas la force du nombre

 

 

« La santé et la science ne sont pas des concours de popularité »

– Le Pharmachien, tome 3

 

Certes, ce n’est pas un concours de popularité. Mais n’y a-t-il pas tout de même une force révélatrice dans l’abondance de témoignages hautement positifs ?

Dans un épisode de sa série télé qui semble lui avoir généré beaucoup de publicité, Le Pharmachien « analyse » la diète cétogène selon ses propres critères. Il a également publié un article malheureusement très peu informatif sur le sujet sur son site web.

J’ai récemment eu la chance et le plaisir d’écouter l’excellent documentaire The Magic Pill sur Netflix qui porte sur cette diète. Et grande surprise : contrairement à ce que semble croire Le Pharmachien, cette diète a été adoptée avec succès par non pas des milliers, mais bien des CENTAINES DE MILLIERS de personnes à travers le monde !

Et pas seulement par des personnes du public : quelques minutes de recherche m’ont permis de découvrir que plus de 3000 femmes médecins appuient cette diète au Canada seulement.

Pendant ce temps, des millions de personnes font confiance aux médecines alternatives et intégratives; même l’Organisation Mondiale de la Santé le reconnaît. Le Pharmachien croit-il que ses propres connaissances valent plus que l’expérience durement gagnée de tous ces gens ? Pense-t-il réellement qu’autant de personnes se trompent et sont victimes d’une forme d’hystérie collective ? Au-delà d’un simple concours de popularité, il y a là matière à réflexion.

 

 

4. Ne lui parlez pas d’études

 

 

« Ce n’est pas pour rien que je cite majoritairement des revues systématiques et des méta-analyses (i.e. des combinaisons statistiques de toutes les études réalisées sur un même sujet) plutôt que des études spécifiques. Il y aura toujours des études positives et d’autres négatives… mais c’est seulement quand on intègre l’ensemble des données disponibles qu’on peut en conclure quoi que ce soit. »

– Le Pharmachien, après son passage à l’émission Tout le monde en parle

 

Donc pour lui, si je fais l’effort de trouver une étude qui supporte mon idée en accédant à la base de données publique PubMed, qui contient l’ensemble de la littérature scientifique en santé, ce n’est pas légitime ?!

Citer une étude au Pharmachien, ce n’est jamais assez. Il souhaiterait que toutes les études soient reproduites ad nauseam, que leurs méthodologies soient irréprochables, que l’interprétation des auteurs eux-mêmes soit remise en question… Et en bout de ligne, même si tous les critères semblent satisfaits, il renvoie toujours aux méta-études.

Ses critères ne laissent guère place aux initiatives et aux libertés individuelles. Veut-il subtilement nier notre droit de faire nos propres recherches ? Ou croit-il que nous ne sommes pas assez intelligents pour le faire ? Je peux parler par expérience en disant qu’avoir un diplôme en sciences ou en santé ne garantit pas que l’on sait analyser une étude scientifique… D’ailleurs, dans une récente chronique, la merveilleuse chroniqueuse Josée Blanchette affirmait :

 

« Un pharmacien n’est pas un scientifique (…) un pharmacien, ça prescrit des médicaments grosso modo. Il y a des nuances à apporter quand on se réclame de la science »

– Josée Blanchette à l’émission Gravel le Matin

 

 

5. Il n’accepte pas les avis d’experts qui sonnent l’alarme

 

Prenons l’exemple des organismes génétiquement modifiés (OGM). Il affirme :

 

« Il existe des centaines d’études sur la sûreté des OGM (où aucun risque particulier n’a été détecté) et les recherches à long-terme, qui sont essentielles, se poursuivent »

– Le Pharmachien, tome 3

 

En consultant les références de son livre, on constate qu’il faut ici référence à des prises de position de plusieurs associations scientifiques qui prétendent que la sûreté des OGM fait l’objet d’un « consensus scientifique solide ».

Pourtant, la professeure en sociologie Élisabeth Abergel l’a bien remis à sa place dans une critique virulente qu’elle a publiée sur le site de Vigilance OGM, à propos d’un épisode du Pharmachien sur les OGM. Non seulement elle émet des objections face au consensus, mais elle note aussi de nombreuses erreurs dans l’épisode quant aux techniques de création des OGM.

Questionné à cet effet sur son site web, Le Pharmachien répondait ceci :

 

« Je serais très ouvert aux critiques de Mme Abergel, puisque les OGM ne sont pas directement dans mon champ d’expertise. Cela dit, mon épisode a fait intervenir deux chercheurs spécialisés dans le domaine, qui m’ont tous deux confirmé, après avoir écouté l’épisode, que ce dernier expliquait bien les concepts scientifiques nécessaires. D’autres experts du génie génétique m’ont écrit pour me dire la même chose. Donc tu comprendras que je vais davantage me fier à ces spécialistes de la question. »

– Le Pharmachien, commentaire sur son site web

 

Le Pharmachien balaie ici du revers de la main la position de la chercheure Abergel en choisissant ses propres experts ! Mais ce n’est pas très surprenant qu’il ne l’écoute pas : elle n’est pas dans ce qu’il considère le « consensus »… Si ce n’était que du Pharmachien, les sonneurs d’alarme ne pourraient jamais accomplir leur devoir citoyen et la population serait gardée dans l’obscurantisme.

 

 

6. Il est coupable d’erreurs épistémologiques

 

Dans un magnifique article de sa série « Les aventures des sorcières »*, la chroniqueuse et doctorante en sociologie Céline Hequet révèle les raccourcis épistémologiques employés par Le Pharmachien.

Par exemple, ce dernier affirme que l’échinacée « ne fonctionne pas » pour prévenir le rhume. Il appuie cette affirmation en citant une seule méta-analyse.

Pourtant, comme le rappelle Mme Hequet, on NE PEUT PAS AFFIRMER UNE TELLE CHOSE SELON L’ÉPISTÉMOLOGIE ! Tout ce que pourrait affirmer Le Pharmachien, c’est qu’on ignore si l’échinacée fonctionne ou non.

Ici, Le Pharmachien n’est pas sans ses défenseurs habituels. Dans un second texte, le philosophe Simon-Pierre Chevarie-Cossette affirme que l’argument principal de Mme Hequet est « problématique » et « ne tient pas la route ». Quelle arrogance ! Pourtant, le philosophe passe sous silence ce qui est, de mon point de vue, l’argument le plus convaincant de Mme Hequet :

 

« [Le Pharmachien se permet] d’écraser de petites entreprises comme la Clef de champ (Val-David power!), et toute une flopée d’herboristes qui ne gagnent pas non plus des milles et de cents »

– Céline Hequet

 

En effet, du point de vue épistémologique, il est assez choquant de voir ainsi le pharmacien argumenter sans fondement et faire de petites entreprises artisanales des victimes collatérales. On ne parle pas ici de compagnies multi-milliardaires, mais bien de petits producteurs locaux.

D’ailleurs, Mme Hecquet note aussi dans son texte qu’après avoir fait sa propre revue de la littérature scientifique, les données sur l’échinacée lui semblent au contraire plutôt partagées… ce qui est loin des conclusions du Pharmachien ! Mais ça ne sera sûrement pas assez pour lui, puisqu’il pourra toujours dire que sa propre interprétation est supérieure.

 

* En tant que femme engagée, j’attends avec impatience la suite des Aventures des sorcières, où Mme Hequet promet de révéler «  l’accaparement total du champ de la pratique médicale par les hommes des classes dominantes ». Je ne peux rester indifférente à cette situation de répression et de misogynie systématique par le rejet du savoir ancestral de celles qu’on appelait, à une certaine époque, des « sorcières » sous prétexte qu’elles pratiquaient des médecines non-orthodoxes (groupe auquel je m’identifie par ailleurs)…

 

 

7. Oui, il travaille pour Big Pharma

 

Le Pharmachien divulge sur une page gardée quasi-secrète ses conflits d’intérêts potentiels. Dans un objectif d’honnêteté et de transparence, je dois admettre qu’il ne semble pas en avoir. Vous voyez, je suis prête à rendre à César ce qui appartient à César ! 😉

Mais être pharmacien, n’est-ce pas déjà en soi un conflit d’intérêt ? Un pharmacien qui défend sa profession profondément ancrée dans le lobby pharmaceutique, est-ce vraiment surprenant ? Or, il est bien connu que les pharmacies touchent des ristournes sur la vente de médicaments… En tant que pourvoyeur de médicaments, il ne pourrait prétendre l’objectivité ou l’impartialité sur ces questions.

Certaines sources m’ont d’ailleurs informée que Le Pharmachien a déjà lui-même travaillé dans l’industrie pharmaceutique !!! Il ne s’en vante pas, pourtant. Est-ce possible que, par déformation professionnelle, il ne réalise pas lui-même à quel point ce système est dysfonctionnel et corrompu ? On pourrait lui excuser cette méconnaissance des faits s’il ne faisait pas lui-même partie du problème…

 

 

8. Il n’a pas de preuves lui non plus.

 

Le Pharmachien se plaît à affirmer qu’il n’y a « pas de preuves » que certaines médecines naturelles fonctionnent. Par exemple, au sujet des cures de chélation de métaux lourds, il affirme :

 

« L’idée selon laquelle les cures de chélation des métaux lourds pourraient guérir des maladies, ou renverser l’autisme, n’est pas supportée scientifiquement »

– Le Pharmachien, site web

 

Le Pharmachien semble bien prudent avec une telle position, sans doute dans un objectif de paraître nuancé. Ainsi, la plupart des gens n’y verront que du feu et prendront ses propos pour acquis…

Mais avez-vous déjà songé que Le Pharmachien N’A PAS PLUS DE PREUVES QUE CES CURES NE FONCTIONNENT PAS ! Du simple point de vue de la méthode dite déductive de contrôle de Karl Popper, c’est un raisonnement erroné. 

Le Pharmachien commet la même erreur de logique lorsqu’il prétend qu’il n’y a aucune preuve que les ondes électromagnétiques peuvent nuire à la santé humaine : il n’apporte pas plus ce qu’il qualifie de « preuve » pour étayer la sûreté de ces ondes.

Il a encore une fois commis cette erreur en prétendant que l’homéopathie, fleuron de la médecine intégrative et complémentaire, ne fonctionne pas, ce qui a rapidement été identifé comme faux par des spécialistes.

Pour une personne qui prétend valoriser l’esprit critique, ces positions sont plutôt décevantes, voire consternantes.

 

 

9. Nos histoires personnelles ne lui suffiront jamais

 

 

« Une anecdote, ça a beaucoup de valeur… pour la personne qui l’a vécue. Le problème survient quand les gens généralisent leurs anecdotes personnelles au reste de l’humanité »

– Le Pharmachien, tome 3

 

Ah oui ? Mais partager nos expériences personnelles afin d’en faire bénéficier les autres, n’est-ce pas comme cela qu’on progresse en sciences et en santé ?

C’est avec cette « logique » qu’il a systématiquement rejeté tous les témoignages de bienfaits avec la vitamine C injectable.

Et selon lui, quelle est l’alternative ? Se fier uniquement à des études cliniques, qui ne représentent pas du tout la vraie vie ? On voit bien ici que Le Pharmachien rejette d’emblée toute forme de témoignage qui n’irait pas dans le sens de sa vision de la « démarche scientifique ».

 

 

10. Pour comprendre ses tactiques : ce qu’il appelle l’esprit critique

 

La célèbre ex-chercheure Jacqueline Lagacé a écrit d’excellents articles où elle révèle les tactiques du Pharmachien :

 

Cette dernière est à l’origine de la diète hypotoxique, une méthode reconnue pour débarrasser ou « désencrasser » les cellules des toxines inflammatoires nuisibles. C’est une scientifique ouverte d’esprit, que je qualifierais de nouvelle génération, puisqu’elle fait partie du mouvement de la santé intégrative. Elle n’hésite pas collaborer notamment avec des naturopathes et accepte de remetter en doute des dogmes allopathiques classiques tels que ceux de la vaccination systématique des enfants en bas âge ou encore l’idée selon laquelle l’autisme ne peut pas être renversé. Ce sont d’ailleurs des techniques de kinésiologie appliquée qu’elle recommande sur son site qui m’ont permis d’identifier et de traiter mes propres intolérances alimentaires.

Je me demande bien ce que Le Pharmachien, avec son maigre diplôme de pharmacie, saurait dire à une personne aussi renommée et poly-diplômée que Mme Lagacé… 😉

 

 

CONCLUSION

En guise de conclusion, j’aimerais vous faire remarquer que Le Pharmachien n’est pas le seul à faire la promotion de la santé durable. Vous avez d’autres options de loin préférables !

Par exemple, j’affectionne particulièrement le pharmacien Jean-Yves Dionne, spécialisé en médecines naturelles et intégratives, hautement transparent, qui s’avère beaucoup plus ouvert d’esprit face aux nouvelles approches, comme l’homéopathie, la détoxification, la diète cétogènela découverte la plus importante pour la santé »), les risques associés aux vaccins, et collabore même avec d’autres professionnels intégratifs, par exemple afin de sensibiliser le public à la possibilité bien réelle (mais souvent niée) de renverser l’autisme.

Pourquoi n’avez-vous jamais entendu parler de lui ? Peut-être parce qu’il a un emploi du temps plus que chargé et n’a pas de temps à perdre avec un malin pitou (ou est-ce un pitou malin ?)…

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous et à poursuivre la réflexion ! Ma démarche se veut honnête et transparente, tout comme la vôtre en visitant ce site 😀

 

 

NOTE : Je vous encourage à ne pas envoyer d’insultes ou de commentaires injurieux au Pharmachien à la suite de cette lecture, ce qui ne ferait que lui donner raison, sans compter l’attention superflue et la publicité dont il pourrait bénéficier indirectement.

20 thoughts on “

  1. Merci pour cette dénonciation.
    J’avais visionné tout à fait par hasard une première émission dans laquelle il affirmait que l’aluminium retrouvé dans les vaccins était sans danger, que nous respirions tout les jours de l’aluminium qui se retrouve dans l’air ambiant. Ouf ! Dans une autre, c’était sur les OMG. Depuis, je change de poste aussitôt qu.il apparaît à l’écran.
    Cet homme est un danger public.

  2. Bonjour ,
    J’ai lu votre article avec attention, il me semble aussi qu’il faudrait opposer à votre célèbre pharmachien, que
    1/ plus de 60% des études financées par l’industrie ne sont pas publiées , ils ne publient en clair que celles qui font leur affaire, les études qui parviennent à des résultats qui ne sont pas totalement favorables à leurs produits ne sont juste …. pas publiées.
    2/ la plupart des études qui sont publiées ne sont pas fiables.
    DE SORTE que lorsqu’il prétend s’appuyer sur ” des méta analyses”, il serait intéressant qu’il cite TOUTES les études auxquelles il fait allusion, pourqu’on puisse au moins s’assurer qu’il n’a pas sélectionnées toutes celles qui vont dans le sens de ce que lui attend ….
    De ce fait, comme notre chère Agnès Buzyn, quand il prétend s’appuyer sur ” des méta analyses”, encore faudrait il qu’il permette aux personnes de lire et d’accéder à ces études pour s’assurer , par exemple, que ces études n’ont pas été influencées par leurs propres financeurs.
    https://michel.delorgeril.info/web/la-depression-et-desesperance-du-professeur-ioannidis/
    https://www.liberation.fr/sciences/2015/08/29/selon-une-etude-scientifique-les-etudes-scientifiques-ne-sont-pas-fiables_1371394
    http://sante.lefigaro.fr/article/pourquoi-les-etudes-financees-par-l-industrie-pharmaceutique-ont-de-meilleurs-resultats/
    https://www.thierrysouccar.com/blog/que-se-cache-t-il-reellement-derriere-lepharmachiencom

    Cette dernière petite vidéo pédagogique et humouristique est tout à fait opposable à des gens comme le pharmachien …

  3. Analyses intéressantes qui demande plus de recherche qu’une lecture de samedi matin
    Je suis surtout motivé par l’esprit critique qu’il reste important de garder. Un peu comme ces sorcières qui préféraient faire leurs propre recherches plutôt que d’avaluer N’importe quoi dogmes

  4. Le pharmachien est méprisant si ça ne finit pas par une pilule vendue en pharmacie. Je crois qu’il gagnerait à se relire, mais surtout à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler.

    Merci pour cette analyse.

  5. Merci! Exactement ce que je pense depuis des années.
    Brillant… et ça me donne un second souffle pour continuer!
    Vous me redonnez confiance en l’humanité! 😉

  6. C’est exactement la même tactique qu’Infoman ou Louis T. quand ils parlent du vaccin, ils se plaisent à répéter que nous n’avons aucune preuve pour dire que les vaccins sont dangereux, mais ils n’ont aucune preuve pour dire qu’ils ne le sont pas ! Pour moi ce ne sont que throlls éduqués. Si on se fit aux statistiques, ils finiront par se prendre à commettre un délit quelconque. C’est souvent comme ça. 😉

  7. La science évolue (ils ont longtemps cru que les saignées, les sangsues… étaient bénéfiques….) alors que les médecines “douces” restent! Probablement que dans 10-30-100 …ans les découvertes permettront de rejeter des tonnes de médicaments chimiques qui empoisonnent actuellement les Gens!. J’aime bien mieux une “médecine” naturelle (homéo, ostéo, naturo) qui me fait du bien sans m’empoisonner, même si c’est placébo…. tant ça marche! Pour ma part, quand le pharmachien est en onde, je ferme la télé! Merci pour cet article!

  8. Merci pour vos efforts pour contrer la désinformation! Merci de défendre des médecines alternatives qui ont aussi leur place!

    Catherine Gagnon
    Consommatrice de médicaments en pharmacie, d’homéopathie, d’acuponcture, de massage, d’huiles essentielles, de physio, de livres sur l’alimentation végane ou anti-inflammatoire, bref ouverte sur oe monde⭐️🌈

  9. Le Pharmachien .
    Au départ j’aimais bien “Le Pharmachien”, le site, l’émission, l’approche générale.
    Avec le temps (“va, tout s’en va…) j’ai commencé à déchanter quelque peu; remarquant justement des “lacunes” côté argumentation tellement évidentes, tellement lourdes, que j’en suis venu à me questionner sur la bonne foi du Pharmachien…
    Non, pas sur tous les sujets, mais sur plusieurs… (comme l’alimentation biologique).
    Quelques idées absconses ça et là, un ou deux sophismes de temps à autre adroitement glissé, mine de rien, un petit raccourci intellectuel au détour d’une “argumentation” plus ou moins “claire” et on peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui ou faire passer des idées qui n’on rien de neutre ni d’objectif.
    Après la circonspection, est venu le doute quant à l’honnêteté intellectuelle…
    Désormais, je ne consomme du “Pharmachien” qu’à doses homéopathiques…

    Je ne cautionne pas non plus (bien évidemment) le harcèlement qu’il a subi; mais j’ai commencé à “décrocher” lorsque je l’ai vu et entendu débiter des âneries sur l’inutilité de l’alimentation biologique… Ça, c’était vraiment de trop…

    Je ne suis ni scientifique ni travaillant dans le domaine médical ou para-médical, mais je déteste cordialement ce personnage.
    Par contre, je détiens un bon niveau de formation (plusieurs diplômes de 2e cycle) et je pense avoir un bon sens critique.
    Je l’ai donc écouté, je l’ai lu en mettant de côté tout biais (cognitif, affectif ou autre), surtout au début.
    Plus ça allait, plus je le trouvais prétentieux, arrogant, suffisant. Jusqu’au jour où je l’ai entendu déblatérer ses inepties au sujet des OGM et de l’agriculture biologique…
    C’en était trop…
    Je me suis dit, soit c’est un “vendu” hypocrite, soit son arrogance l’aveugle totalement. Depuis, je m’en méfie comme de la peste et je ne le lis plus et ne l’écoute plus.

  10. Wowwww ❤️
    Merci vraiment!!!
    Ce personnage ignoble en quête de célébrité mérite de se faire remettre a sa place. C’est fait!
    Je suis surpris que Radio Canada lui donne une tribune….. mais ca cest un autre débat….
    MILLES MERCIS 😘

  11. Ce que j’ai toujours depuis le début soupconné le pharmachien c’est que la plupart de tout ce que j’ai lu de lui, est à plusieurs reprises des demi-vérités, et qui dit demi-vérités dit mensonges.

  12. Je pense que rien n’est tout blanc ni tout noir. La science a tellement de choses à découvrir encore et parfois l’utilisation d’un mauvais mot fait toute la différence sur ce que l’on voulait réellement dire. J’ai peut-être lu 3 ou 4 BD du Pharmacien et c’était en lien avec des sujets abordés dans mes cours universitaires en kinésiologie. Dans le temps que je les ai lues, il partageait très bien l’information scientifique et avec humour. Cependant, je ne connais pas son émission télé, alors je m’abstiens à ce propos. Je n’ai pas tout lu les BD aussi, ce qui me permet de dire que l’auteure de l’article peut avoir perçu des choses que je n’ai pas vues. C’est la raison pour laquelle je ne peux pas dire que je suis en accord ou en désaccord avec cet article, mais je ressens de l’arrogance entre les lignes et il y a des propos qui m’agacent… Certains points, selon mon interprétation, sont tirés par les cheveux, alors que d’autres faits sont bien appuyés ou encore ils rejoignent ma façon de penser. Je pense que chaque personne doit développer son sens critique. Même si le Pharmacien a des études et de l’expérience dans un domaine qui peut paraitre en parfaits conflits d’intérêts, je pense que son interprétation des choses est la sienne. Par la suite, c’est à nous d’en faire notre propre opinion. Pour une même situation, deux médecins différents ne vous prescrirons peut-être pas les mêmes traitements. La science est assez partagée… Ou encore mêlée 😂

  13. Les méridiens d’acupuncture ont été validés scientifiquement , https://www.healthcmi.com/Acupuncture-Continuing-Education-News/1230-new-ct-scans-reveal-acupuncture-points , et le pharmachien oublie que ce sont les plantes et leur utilisation ancestrale qui sont à l’origine de la plupart des médicaments chimiques(environ 60 à 75% ) puisque on a cherché à reproduire , de synthèse, le principe actif d’une plante utilisée traditionnellement , pour pouvoir produire à grande échelle un médicament (écorce de saule / acide acétylsalicylique , morphine ou codéïne/pavot blanc , digitaline/digitale pourpre , quinine/quinquina et d’autres …)

Leave a Comment

Facebook
Twitter